webleads-tracker

Nos produits

Définition du soudage comme moyen d’assemblage

Le soudage est un moyen d'assemblage permanent. Il a pour objet d'assurer la continuité de la matière à assembler.

Dans le cas des métaux, cette continuité est réalisée à l'échelle de l'édifice atomique.

En dehors du cas idéal où les forces inter-atomiques et la diffusion assurent lentement le soudage des pièces métalliques, mises entièrement en contact suivant des surfaces parfaitement compatibles et exemptes de toute pollution, il est nécessaire de faire intervenir une énergie d'activation pour réaliser rapidement la continuité recherchée.

 

Soudeur en activité - GAZDOM

GAZDOM, votre fournisseur de gaz de soudage en Martinique

GAZDOM, située à Ducos en Martinique, commercialise :

  • une gamme importante de gaz de soudage selon les contraintes des matériaux à souder,
  • un ensemble de produits et d’équipements dédiés à la soudure : chalumeaux, détendeurs, baguettes, buses, flexibles, raccords, etc.

Liste des mélanges adaptés aux types de soudures

Technique autogène

  • pour le brasage, le soudage, le coupage, le perçage, la métallisation,
    la chauffe, ajustement par la flamme, rayonnement par la flamme,
    • Acétylène
    • Oxygène
    • PropaneSoudeur en action - GAZDOM

Soudage MAG

  • Pour l'acier
    • Sagox® 1/2/3 (CO2, O2, Ar)
    • Sagox® 8/10/15/18/20/25 (CO2,Ar)
    • Sagox® D/S (O2, Ar)
    • Argon S 4 (O2,Ar)

Soudage MAG Haute Performance

  • Sagox® He 30/8 (He, CO2,Ar)
  • T.I.M.E. - Gas (He,CO2,O2,Ar)
  • Pour les Inox:
    • Argon S 1/3 (O2, Ar)
    • Sagox® 2 K (CO2, Ar)
    • Sagox® 3 K (He, CO2, Ar)

Soudage MIG

  • Argon 4.6/4.8
  • Mélanges Argon/Hélium
    • pour l'aluminium et les alliages d´aluminium
    • Argon He ®
    • Argon He 51

Soudage TIG

  • Argon 4.6./4.8.
  • Argon 4.6.
  • Mélanges Argon/Hélium
  • Mélanges Argon/Hydrogène
  • Pour l'aluminium et les alliages d´aluminium
    • Argon He 11®
    • Argon He 51

Soudage Plasma

  • pour l'acier et les aciers CrNi :
    • Mélanges Argon/Hydrogène
  • pour métaux NE
    • Argon 4.6/4.8
    • Mélanges Argon/Hélium
  • pour des matériaux sensibles (Titan, Molybdène, Niob) :
    • Argon 4.6.

Gaz de protection 

  • pour les aciers :
    • Argon 4.6.
    • Formiergas 95/5 et 90/10
    • Mélanges Argon/Hydrogène
  • pour métaux NE
    • Argon 4.6/4.8

Critères et choix du procédé de soudage

Les produits et services GAZDOM pour le soudage

Grâce à nos différents partenaires, GAZDOM, à la demande des utilisateurs, propose des procédés de soudage et de coupage adaptés.Détendeur blindé 3S Azote - GAZDOM

Nous avons une large variété de gaz et de mélanges de gaz ou composants d’une pureté adaptée.

GAZDOM dispose d’un espace dédié au nécessaire pour la soudure :

  • Produits (chalumeaux, raccords, détendeurs, etc.),
  • Equipements (casque, verres,etc.),
  • Consommables (baguettes, fil mig, buses,etc.).

Les différents procédés de soudage

Chaque procédé a ses avantages et ses inconvénients selon l’application, selon que l’on soude en atelier, ou en extérieur, selon l’accessibilité de la pièce, selon les possibilités d’utiliser ou non des robots…

Quand on choisit un procédé de soudage, il est nécessaire de prendre en compte un certain nombre de facteurs :

  • L’épaisseur du matériau à souder (ou notion d’épaisseur équivalente pour des assemblages en T).
  • La composition de l’acier : les aciers ayant une faible valeur de carbone équivalent sont plus aisément soudables et nécessitent pas ou peu de préchauffage.
  • Le cahier des charges précisant les caractéristiques à garantir sur joint soudé : quel est le niveau de qualité requis (résilience, dureté, compacité…) ?
  • Le lieu où la soudure doit être faite : les procédés GMAW et FCAW sous gaz, conviennent mieux à un environnement protégé en atelier (température ambiante, absence de courant d’air), tandis que le procédé SMAW et autres procédés sans gaz peuvent, plus facilement, être utilisés sur chantier.
  • L’accès au joint : il est nécessaire de s’assurer que l’équipement de soudage, la torche ou la tête de soudage, peuvent être positionnés correctement.
  • La position de soudage (à plat, verticale, au plafond, etc.) : le procédé SAW ne convient pas pour du soudage vertical ou en position plafond, contrairement à d’autres procédés.
  • Le rendement du procédé : détermine la quantité de métal qui peut être industriellement déposée en une heure de travail. On favorise bien sûr les procédés à haut rendement quand cela est possible.

(Source : Office technique pour l’utilisation de l’acier)

Les usages des gaz de soudage

GAZDOM met à votre disposition :

  • Des conseils de professionnels pour des applications spécifiques, pour le soudage-coupage,
  • Une gamme complète de gaz purs,
  • De nombreux mélanges pour optimiser les techniques de soudage (en complément des gaz purs).

Les usages des gaz de soudage - GAZDOM

Le champ d’application des gaz de soudage

De nombreuses techniques de pointe et process industriels nécessitent la mise en œuvre de gaz industriels ou optimisent leur rendement avec leur utilisation.

Les principaux gaz utilisés

L’ACETYLENE

L'acétylène est utilisé dans tous les procédés employant la flamme oxyacétylénique comme le Soudage, brasage, chauffage formage, décapage, métallisation, trempe superficielle oxy - coupage, oxycoupage à la poudre de fer, redressage..

L’ARGON

L’argon est utilisé comme gaz de protection contre l’oxydation par l’air ambiant :

  • En soudage TIG
    • en courant alternatif, de l’aluminium et des alliages légers,
    • en courant continu, des aciers ordinaires en soudage TIG par point.
  • En soudage MIG
    • de l’aluminium et des alliages légers ainsi que le cuivre et ses alliages.

L’argon est aussi employé pour la protection envers des soudures sur aciers inoxydables. Il réduit les opérations de finition et empêche la formation d’oxydes de chrome.

L’AZOTE

L’azote s’utilise pour le soudage dans le cas de :

  • Protections complémentaires des soudures.
  • Gaz plasmagène en coupage plasma.

L’HELIUM

L’helium est utilisé comme gaz de protection contre l’oxydation de l’air ambiant.

En soudage TIG et MIG, des alliages légers de fortes épaisseurs pour favoriser la vitesse ou la force de pénétration.

L’helium peut être utilisé en mélange avec de l’argon à différentes teneurs.

L’OXYGENE

L'oxygène est utilisé dans tous les procédés employant la flamme oxyacétylénique, oxypropane et oxy-combustible en général, ainsi que quelques utilisations annexes.

Il est principalement utilisé pour :

  • Soudage, brasage, chauffage, formage, décapage, métallisation, trempe,
  • Lance thermique (forage ou coupage beton),
  • Oxycoupage, gougeage, decriquage,
  • Suroxygénation de flamme.

Soudage et sécurité

Les dangers sont variés en fonction de la nature du matériau soudé, du gaz utilisé, du métal d’apport…

Pour les soudages T.I.G et M.I.G, il existe un risque d’asphyxie provoqué par l’usage de gaz inertes lorsque ceux-ci sont mis en œuvre dans des espaces confinés. Les fumées et les gaz peuvent provoquer des pathologies aiguës (effets toxiques, irritants, allergisants) et chroniques (infections pulmonaires provoquées par les poussières).

Les risques encourus

Poste de soudure Prodige type B05 - GAZDOM

  • Syndrome du soudeur dû à des expositions courtes aux fumées de métaux et leurs oxydes provoquant asthénie, nausées, céphalées, fièvres, irritations, toux, oppression thoracique.
  • Œdème pulmonaire en cas d’expositions intensives (cas rare) aux fumées de soudage avec présence de solvants chlorés ou de résidus huileux sur les pièces à souder.
  • Risques chroniques (exposition prolongée)
  • Bronchites chroniques
  • Asthme (sensibilisation à l’acier d’enrobage des baguettes de soudure)
  • Infections des poumons (selon exposition)
  • Perturbations neuropsychiatriques (diminution de la vigilance, des temps de réaction, de la mémoire)
  • Pneumoconioses (sidérose pour l’exposition au fer, bérylliose pour le béryllium)
  • Cancers broncho-pulmonaires : notamment en cas d’exposition au chrome VI ou au nickel considéré

Autres risques

  • Irritations, eczémas ou asthmes provoqués à l’utilisation de flux ou décapant (acide borique notamment)
  • Cancers broncho-pulmonaires en cas d’exposition au béryllium et au cadmium également classés cancérogènes catégorie 2
  • Explosion et incendie lorsque les opérations de soudage sont effectuées à proximité d’une source de polluants inflammables et confinés. Ce risque est particulièrement élevé quand des entreprises extérieures effectuent des travaux de soudure en méconnaissance de l’existence de gaz, de liquides ou vapeurs combustibles à proximité.

(Source : Travailler-mieux.gouv.fr)